Chargement...

Alice the Toreador (1925)

Résumé Alice et son chat participent à un combat de taureaux afin de remporter le prix de 10,000$. Les deux amis se présentent peu après ...


Résumé
Alice et son chat participent à un combat de taureaux afin de remporter le prix de 10,000$. Les deux amis se présentent peu après au stade avec un bœuf fatigué et peu entraîné au combat, qu'ils sont sûrs de pouvoir vaincre. Afin de les mettre en échec, leur adversaire Terrible Tom échange le bœuf avec un authentique taureau qu'Alice devra affronter dans l'arène...

Analyse
Avec des courts métrages tels qu'Alice the Toreador, 12ème production estampillée Alice comedies, la série animée/live-action de Disney entra dans une phase où les histoires seraient plus rythmées, et les gags foisonnants. A ce stade, la qualité de l'animation s'était déjà améliorée sensiblement au fil des mois, du fait des animateurs de Disney Brothers Studios notamment.

Disposant de plus de moyens et souhaitant développer plus encore l'animation, Walt Disney prit également l'initiative d'abandonner les scènes live-action avec des enfants au profit de scènes avec des personnages et décors entièrement animés, où seule Alice, incarnée à l'écran par Virginia Davis, figurerait comme unique personnage live-action. Dans une lettre de novembre 1924, Walt expliqua également à son distributeur les raisons de son choix de supprimer les scènes avec les enfants du "Gang" d'Alice :

Après tout, ce sont des comédies de cartoon et pas des comédies d'enfants ... Mais si nous devons mettre des scènes d'ouverture et de fin en live-action, je crains que ce sera juste un autre de l'ordinaire - Walt Disney



Après force d'arguments, Mintz se rallia finalement à la cause de Walt, et les scènes live avec les enfants furent abandonnées à la fin de l'année 1924. Alice the Toreador laisse donc un rôle pour le moins secondaire à Alice, en comparaison à Julius, devenu un personnage de premier plan dans le scénario, au même titre que les spectateurs assistant à la corrida. Les personnages animés tels que les animaux devinrent très présents autour d'Alice, et ceci est particulièrement remarquable dans ce court métrage.


Indéniablement, la corrida à laquelle décident de participer Alice et Julius est un peu particulière : en effet, les participants doivent apporter eux-mêmes le taureau qu'ils affronteront sur le sable de l'arène ! Les deux amis choisissent un boeuf paresseux et inoffensif qui, pensent-ils, leur offrira les 10,000$ sur un plateau d'argent. Cependant, leur plan ne va pas se réaliser exactement de la façon dont ils espéraient et le prix s'avère plus difficile à gagner.

Alice the Toreador fourmille de gags visuels tous aussi imaginatifs et subtils les uns les autres, à l'image de celui où Julius passe des patins à roulettes au taureau afin de le déplacer à un autre endroit. Pour aussi simple qu'ils semblent être, ces effets étaient très amusants et tout à fait ingénieux pour l'époque. Un autre gag amusant est lorsqu'un chat fait entrer des enfants resquilleurs à l'aide d'une système ingénieux – sorte de balançoire –, ce qui lui vaudra peu après des ennuis avec un policier...

Alice the Toreador laisse place également à un méchant autrement plus redoutable, un chat appelé Terrible Tom de Toronto, qui sème des embûches sur le chemin d'Alice et de Julius, en échangeant leur taureau contre un autre, beaucoup plus réactif.


S'inspirant du thème de la tauromachie et de l'univers de la corrida, Alice the Toreador rappelle le scénario du Laugh-O-Gram Puss in Boots (1922), et anticipe celui d'El Terrible Toreador (1929), une Silly Symphony également réalisée par Walt Disney. C'est cependant Alice qui doit ici affronter un taureau féroce à la place du paisible boeuf qu'elle espérait battre haut la main dans l'arène...

Enfin, le thème de la compétition dans des stades de sport est également au centre d'autres courts métrages Alice comedies tels qu'Alice's Wild West Show (1924) et Alice at the Rodeo (1927) mettant à l'honneur le rodéo, Alice's Brown Derby (1926) pour la course-d'obstacles à cheval ou encore Alice in the Big League (1927) pour le baseball.

La bobine d'Alice the Toreador existe et se trouve conservée actuellement par Lobster Films.

Note
4/5
Bien que réalisé il y a plus de 90 ans aujourd'hui, et malgré ses quelques défauts, Alice the Toreador conserve toute sa fraîcheur et son dynamisme d'origine. Une histoire originale, servie par une mise en scène parfaite de A à Z, où Julius et la fillette ne sont pas au bout de leurs surprises !

Détails
Date de sortie : 15 janvier 1925 (États Unis)
Distribué par : M. J. Winkler Productions, Universal Studios
Noir & Blanc (muet)

Autre(s) date(s) :
novembre-décembre 1924 : production
31 décembre 1924 : livraison

Réalisation :
Walt Disney

Animation :
Ub Iwerks
Rollin Hamilton
Thurston Harper

Encre et peinture :
Lillian Bounds
Kathleen Dollard

Image :
Mike Marcus (live-action)

Acteurs "Live" :
Virginia Davis (Alice)

L'équipe
img
Virginia Davis
Acteur live
author image

Créateur du site, animateur des réseaux sociaux, rédacteur Articles

@twitter


Accueil item