Chargement...

Alice Chops the Suey (1925)

Résumé Alice se fait kidnapper par un gangster alors qu'elle se promène dans le quartier de Chinatown avec son chat. Julius part a...



Résumé
Alice se fait kidnapper par un gangster alors qu'elle se promène dans le quartier de Chinatown avec son chat. Julius part aussitôt à sa recherche pour la délivrer des bandits...

Analyse
Vingt-et-unième court métrage de la série Alice, Chops the Suey est produit à un moment crucial pour Walt Disney et son studio d'animation. Début juillet 1925, Walt fait ainsi l'acquisition avec son frère Roy d'un terrain situé au 2719 Hyperion Avenue en vue d'un futur déménagement des studios afin de proposer plus d'espace à son équipe d'animateurs toujours plus croissante, notamment par l'arrivée récente de Hugh Harman, Walker Harman, ou encore Rudy Ising. Peu après, Walt devait se marier avec Lillian Bounds le 13 juillet avant de partir pour un voyage de noces qui durerait jusque début août.

Alice Chops the Suey est donc réalisé en l'absence de Walt du studio, du 15 au 31 juillet 1925. Il reprend en partie des gags et une animation déjà utilisés dans les premiers Laugh-O-Grams. La scène de la main du dessinateur apparaissant dans la scène d'ouverture, où l'on voit Julius dessiné à l'écran, est un effet spécial réalisé par les frères Rees. Paul L. et Park J. Rees possédaient une petite entreprise de films commerciaux et avaient même un bureau situé au 6036 Hollywood Boulevard, non loin du studio Disney. Ils devaient au total participer à trois cartoons d'Alice pour Disney Bros. Studios.

Un autre effet spécial est l'utilisation d'une Alice animée, à la place de l'actrice Margie Gay qui interprète le rôle, pour la scène où cette dernière effectue une cascade - par exemple lorsqu'elle rentre dans l'encrier. L'actrice ne pouvait vraisemblablement pas faire cela, et des effets spéciaux semblent donc avoir été utilisés et raccordés aux scènes de live-action avec Margie Gay. Selon Hugh Harman, c'est Ub Iwerks qui serait à l'origine de ce type d'animation :

Ub [Iwerks] était un très bon artiste. Il était capable... de rendre un dessin d'Alice qui aurait l'air si photographique que la comparaison serait simple - Hugh Harman



Par son animation surprenante et des personnages et décors de Chinatown sortis d'un encrier ou esquissés sous la plume d'un dessinateur au début du film, Alice Chops the Suey rappelle la série populaire Out of the Inkwell des studios Fleischer, dans laquelle les personnages animés tels que Koko le Clown prenaient vie à l'écran, d'une façon assez similaire. L'influence de Fleischer se retrouvera par la suite dans d'autres cartoons muets de Disney. Le personnage de Julius, à travers son apparence dans Chops the Suey, semble lui inspiré directement de Felix the Cat créé par Ottto Meismer et produit par Pat Sullivan quelques années plus tôt.

© Lobster Films

Dans Alice Chops the Suey, c'est Julius le chat qui occupe la vedette, la fillette ayant pour sa part disparu dés le moment où elle se trouve enlevée par ses ravisseurs ; mis à part le sac dans lequel elle se trouve transportée par Julius lors de la fuite, Alice ne réapparaîtra qu'à la fin du cartoon. Julius en profite ainsi, à l'occasion d'une course-poursuite, pour égrener de nombreux gags visuels dans lesquels il fait l'impossible pour échapper aux gangsters de Chinatown, représentés sous la forme de rats, qui les pourchassent.

De la même manière que Alice Cans the Cannibals sorti en janvier 1925, Alice Chops the Suey véhicule, à travers la musique ou encore les personnages, des stéréotypes ethniques, en l’occurrence sur les asiatiques. Les personnages du gang poursuivant Alice et Julius sont ainsi clairement représentés comme de petits rats très maigres, aux dents aiguisées et aux yeux bridés. Ce type de caricatures était couramment utilisé dans les cartoons, et il reflète à l'évidence l'époque à laquelle le film a été réalisé.

Note
2.5/5
Alice Chops the Suey peine à se hisser au niveau des précédents cartoons de la fillette, autrement plus réussis ; mis à part des scènes d'ouverture et de fin inhabituelles pour un Alice comedies, le petit film se perd vite, en effet, dans un scénario mal ficelé laissant une trop grande place aux séquences de course-poursuite dans lesquelles Julius a peine à se mettre en valeur. La petite Alice, incarnée à l'écran par Margie Gay, fait enfin les frais de cette trop grande mise en avant de Julius, au point que son rôle en est, hélas, réduit à de la simple figuration. Un des seuls points positifs du cartoon semble être la fluidité des mouvements, et en particulier lors des scènes de transformation d'objets.

Détails
Date de sortie : 30 août ou 28 septembre 1925 (États Unis) par F.B.O pour M. J. Winkler Productions
Noir & Blanc (muet)

Autre(s) titre(s) : Alice in Chinatown ?

Autre(s) date(s) :
15 au 31 juillet 1925 : production
8 août 1925 : fin de la production
17 août 1925 : prévisualisation à Los Angeles au Bars Hollywood Theater
18 août 1925 : envoi à M.J. Winkler Productions
1er février 1929 : ressortie en version sonorisée

Réalisation :
Walt Disney

Animation :
Rollin Hamilton
Thurston Harper
Ub Iwerks
Hugh Harman
Rudolph Ising

Encre et peinture :
Ruth Disney
Irene Hamilton
Hazelle Linston
Walker Harman

Image :
Rudolg Ising

Montage :
George Winkler

Photo manuelle :
Rees Brothers

Acteurs "Live" :
Margie Gay (Alice)

L'équipe
img
Hugh Harman Animateur
author image

Créateur du site, animateur des réseaux sociaux, rédacteur Articles

@twitter


Accueil item