tresorsdisney
Chargement...

Cannibal Capers (1930)

Résumé Un groupe de cannibales danse sur une musique quand, soudain, un lion féroce, venu interrompre la fête, se lance à leur poursui...



Résumé
Un groupe de cannibales danse sur une musique quand, soudain, un lion féroce, venu interrompre la fête, se lance à leur poursuite...

Analyse
Cannibal Capers figure parmi le premier court métrage à être réalisé peu après les départs d'Ub Iwerks et de Carl Stalling des studios en janvier 1930. Malgré l'absence de ces deux figures emblématiques des studios, Burt Gillett, qui reprit la réalisation des Silly Symphonies, modifia peu dans l'immédiat l'idée originale de la série et son style essentiellement porté par Iwerks ; il y avait toujours un grand nombre de musiques et de l'action de la part des personnages.

Cependant, Gillett et ses animateurs surent jouer sur la venue d'une nouvelle caméra achetée à Universal Pictures, jugée plus souple et plus facile à manier dans Cannibal Capers, comparée à la caméra Pathé utilisée sur l'ensemble des dessins animés précédents de Disney depuis 1923. La nouvelle caméra permit ainsi de réaliser des scènes plus dynamiques, où l'utilisation du mouvement et des effets spéciaux seraient portés à leur apogée.

Cannibal Capers est remarquable entre autres par l'animation de Floyd Gottfredson ; on lui doit notamment la scène où le lion parcoure la jungle précédé d'un cannibale battant le tambour. Après avoir commencé sa carrière aux studios comme in-betweener, Gottfredson travaillait déjà depuis plusieurs années aux côtés de de Norm Ferguson et David Hand sur les Silly Symphonies. Lorsque Cannibal Capers sortit en mars 1930, Gottfredson se montrait très intéressé à propos des comics et demanda à Walt Disney de lui confier la bande dessinée des aventures de Mickey, un travail qu'il fera jusqu'en 1975.

Cannibal Capers use de nombreux stéréotypes concernant les tribus africaines (lèvres volontairement exagérées, etc...) qui seraient jugés offensants de nos jours, mais qui étaient souvent utilisés à l'époque, et pas seulement dans les cartoons. Plusieurs de ces caricatures présentes dans Cannibal Capers s'inspirent ainsi, pour la plupart, de celles utilisées dans Alice Hunting in Africa (1924) ou encore Alice Cans the Cannibals (1925). Cependant, malgré ces stéréotypes, les indigènes sont ici présentés comme des personnages drôles et sympathiques, contrairement à ceux de Mickey's Man Friday (1935), qui paraîtront alors agressifs vis-à-vis de Mickey.

Note
3/5
En dépit d'un scénario simpliste et des personnages pour la plupart stéréotypés, Cannibal Capers est un court métrage intéressant d'un point de vue historique, proposant ici et là des gags amusants, à l'image de celui où un cannibale, déguisé en tortue finit par atterrir dans une marmite bouillante. L'animation de haute qualité, avec un lion superbement dessiné à chaque instant du film, et la musique signée Bert Lewis, prêtant toute la vivacité à l'animation et à la chorégraphie des personnages, sont sûrement les principaux atouts de ce court métrage.

Détails
Date de sortie : 20 mars 1930 (États Unis) par Columbia Pictures
Noir & Blanc

Autre(s) date(s) :
13 mars 1930 ?
1er avril 1930 : dépôt de copyright

Réalisation :
Burt Gillett

Animation :
Les Clark
Floyd Gottfredson
Jack King
Ben Sharpsteen
Johnny Cannon
Tom Palmer
Norman Ferguson
Wilfred Jackson
Carlos Manriquez (backgrounds)

Musique originale :
Bert Lewis

L'équipe
img
Burt Gillett Réalisateur
img
Les Clark Animateur
img
Jack King Animateur
img
Wilfred Jackson Animateur
author image

Créateur du site, animateur des réseaux sociaux, rédacteur Articles

@twitter


Accueil item