tresorsdisney
Chargement...

Arctic Antics (1930)

Résumé Au pôle nord, ours blancs, pingouins et autres animaux polaires réalisent un spectacle musical... Analyse Lorsque la série Si...


Résumé
Au pôle nord, ours blancs, pingouins et autres animaux polaires réalisent un spectacle musical...

Analyse
Lorsque la série Silly Symphony est lancée en 1929, elle surprend littéralement l'ensemble des amateurs de dessins animés de l'époque, et pour diverses raisons. Les Silly Symphonies n'avaient certes pas de scénario ou de fil conducteur, encore moins de personnages destinés à devenir célèbres, mais elles avaient le principal intérêt d'avoir un rythme défini en fonction de la musique.

Les personnages ou les animaux dansaient et réalisaient une chorégraphie avec la musique dans une ambiance qui semblait très réaliste. Avec des moyens pourtant limités pour l'époque, les animateurs faisaient l'impossible pour tester de nouvelles techniques d'animation comme le reflet de la grenouille sur l'eau dans Springtime (1929) ou la vue d'un personnage à travers l'eau dans Arctic Antics.

Arctic Antics n'a hélas rien à envier aux autres Silly Symphonies qui le précèdent. La qualité de l'animation semble d'ailleurs constituer un de ses seuls points forts. On aura remarqué à ce sujet la ressemblance d'un ourson polaire avec un personnage autrement plus célèbre des studios Disney : Mickey Mouse. Il n'est en effet pas surprenant de constater que les animateurs réutilisaient de temps à autre les dessins de personnages pour d'autres histoires, voire des scènes entières, en raison du temps de travail gigantesque qu'ils consacraient à la réalisation de ces films.

La scène où le morse chante et les phoques l'applaudissent est ainsi directement tirée de Wild Waves, un court métrage Mickey réalisé l'année précédente par Burt Gillett... le réalisateur très probable de Arctic Antics ! Cependant une question reste en suspend : pourquoi avoir choisi l'un des personnages les plus connus du studio pour l'ourson polaire ? Il ne fait aucun doute en effet que les spectateurs de l'époque ont reconnu sans hésiter en ce personnage les traits de Mickey.

La réalisation d'Arctic Antics est souvent attribuée à Ub Iwerks, lequel a quitté les studios en janvier 1930, cependant il est plus probable que ce soit Burt Gillett qui en ait supervisé la production. Le contrat entre le distributeur Columbia et Disney imposait de respecter des délais de livraison très courts et nécessitait donc d'aller plus vite en besogne, ce qui peut expliquer que des scènes se ressemblent d'un court métrage à un autre.

A l'époque, la production d'un cartoon n'était pas hors de prix - à lui seul, Arctic Antics a coûté près de 8,772 $ à produire - contrairement à ce qu'elle représentera plus tard pour les studios, en particulier avec l'arrivée du technicolor. A titre de comparaison et dans un tout autre contexte, les coûts de production de Funny Little Bunnies (1934) seront bien plus élevés, de l'ordre de 21,975$ pour ce seul court métrage (presque trois fois plus !).

Note
3/5

Détails
Date de sortie :
5 juin 1930 (États Unis) par Columbia Pictures
Noir & Blanc

Autre(s) date(s) :
26 ou 27 juin 1930 ?
12 juillet 1930 : dépôt de copyright
4 au 11 septembre 1930 : première à New York

Réalisation :
Ub Iwerks ?
Burt Gillett ?

Animation :
Charles Byrne
Johnny Cannon
Gilles "Frenchy" de Tremaudan
Wilfred Jackson
David Hand
Les Clark
Norman Ferguson
Ben Sharpsteen
Dick Lundy
Jack King
Charles Couch
Carlos Manriquez (background)
Emil Flohri (background)

Musique originale :
Bert Lewis
"Parade of the Wooden Soldiers"

L'équipe
img
Burt Gillett Réalisateur
img
Wilfred Jackson Animateur
img
David Hand Animateur
img
Les Clark Animateur
img
Dick Lundy Animateur
img
Jack King Animateur
author image

Créateur du site, animateur des réseaux sociaux, rédacteur Articles

@twitter


Accueil item