Chargement...

The Banker's Daughter (1927)

Résumé Oswald travaille pour un riche banquier comme chauffeur et fait la connaissance de sa fille, Sadie. C'est tout de suite le ...



Résumé
Oswald travaille pour un riche banquier comme chauffeur et fait la connaissance de sa fille, Sadie. C'est tout de suite le coup de foudre pour le lapin chanceux, qui se met à courtiser Sadie. Hélas, cette relation ne satisfait pas le banquier qui décide de licencier Oswald. Peu après, Pegleg Pete et sa bande dévalisent la banque de l'ancien patron d'Oswald. Le lapin part alors à la poursuite des bandits et parvient à récupérer, après une longue poursuite, l'argent dérobé...

Analyse
The Banker's Daughter marque les débuts à l'écran de Sadie, qui se fera par la suite appelée Ortensia. Sadie est alors un des personnages principaux de l'histoire et endosse le rôle de la fille du banquier. Au cours de l'histoire, elle tombe amoureuse d'Oswald, le chauffeur de son père. Seulement, le banquier n'est pas d'accord et Oswald perd son job. Ce n'est qu'après de nombreuses péripéties, suite au hold-up de la banque, que Sadie et Oswald pourront poursuivre leur idylle. A partir de Oh Teacher (1927), et dans la plupart des cartoons de la série qui suivent, Oswald se trouve aux côtés d'une petite amie. Après les quelques apparitions de Fanny, une femelle lapin, Oswald fera ainsi la connaissance de Sadie, un personnage à l'allure d'un chat, qui deviendra un personnage récurrent dans la série.

Cette situation totalement inédite pour notre ami qui était encore seul dans Poor Papa pose la question des relations amoureuses d'Oswald. Alors que la petite amie du lapin ne posait relativement aucun problème dans les épisodes précédents, elle devient dans The Banker's Daughter source de conflit puisque Oswald perd sa place de chauffeur de voiture suite à un flirt avec la fille du banquier. Les différents flirts du lapin ont aussi pour conséquence de dévoiler de nouveaux traits de caractères de son personnage. Face à la gente féminine, Oswald penche tantôt pour le rôle de Don Juan comme c'est le cas dans Oh, What a Knight (1928), tantôt pour celui de mari dominé par sa femme.

Dés l'été 1927, Disney introduisit une pratique qui devait perdurer pendant plusieurs années aux studios : la prime aux idées de gags et de scénarios qui seraient utilisés dans les films. Ce système de primes, qui fut expérimenté lors de la production de Trolley Troubles, visait essentiellement à améliorer le travail d'équipe et à stimuler les animateurs. Lors de la production de The Banker's Daughter, Ub Iwerks et Friz Freleng ont ainsi imaginé le scénario et animé le court métrage. Selon Fritz Freleng, c'est aussi à cette époque qu'un système de primes fut mis en place pour chaque court métrage terminé dans les délais.

Afin d'honorer le contrat avec Universal de 26 courts métrages pour une année, Disney embaucha à tour de bras dés les premiers mois de 1927 de nouveaux talents : Rollin Hamilton, Max Maxwell, Les Clark (engagé en février) ou encore Johnny Cannon. La plupart des animateurs fraîchement embauchés travaillèrent en tant qu'assistants d'Ub Iwerks et d'Hugh Harman. Mike Marcus fit quant à lui son retour au studio après la démission de Rudolf Ising en mars. Disney divisa enfin son équipe en deux unités, la première dirigée par Iwerks et Freleng, la deuxième par Harman et Hamilton, de sorte que deux cartoons pouvaient être produits en même temps. C'est ainsi que The Banker's Daughter fut animé et scénarisé par Iwerks et Friz Freleng.

La diffusion des cartoons d'Oswald le lapin par Universal avait apporté un vrai gage de qualité pour la série mais aussi pour les studios. Les courts métrages du lapin chanceux étaient ainsi diffusés régulièrement au Colony Theater de New York, un petit cinéma très prestigieux loué par Universal. Autre signe du succès de la série : son merchandising. Oswald était ainsi le premier personnage de Disney à bénéficier de produits qui lui étaient entièrement dédiés, et ce grâce à la politique d'Universal d'exploitation de ses films.

La correspondance entre Winkler et Disney montre qu'il était envisagé de créer des produits commerciaux dérivés, comme des livres illustrés ou des cartes postales, au moment de la production de la série Alice. Mais, pour différentes raisons, ce projet n'a jamais vu le jour pour la série Alice. Sous l'impulsion d'Universal, plusieurs produits dérivés d'Oswald destinés aux enfants furent commercialisés dés l'été 1927 : des barres au chocolat au très élaboré ensemble de pochoirs à l'effigie du lapin. The Banker's Daughter est, à l'image de nombreux cartoons d'Oswald, toujours perdu à ce jour. Aucune bobine du film n'a en effet été retrouvé et seule une affiche crayonnée permet d'authentifier son existence au sein de la série Oswald le lapin chanceux.

Note
3.5/5

Détails
Date de sortie : 28 novembre 1927 (États Unis) par Universal Pictures
Noir & Blanc (muet)

Autre(s) date(s) :
12 août 1927 : fin de la production
20 août 1927 : livraison à Universal
15 septembre 1927 : dépôt de copyright par Universal

Réalisation :
Walt Disney

Animation :
Ub Iwerks
Friz Freleng

Scénario :
Ub Iwerks
Friz Freleng

Caméra :
Mike Marcus
author image

Créateur du site, animateur des réseaux sociaux, rédacteur Articles

@twitter


Accueil item