tresorsdisney
Chargement...

Goldie Locks and the Three Bears (Boucle d'Or et les Trois Ours) (1922)

Résumé Un chat noir et un chien blanc préparent un petit déjeuner pour Papa ours, Maman ours et Petit ours. Mais les crêpes sont trop cha...


Résumé
Un chat noir et un chien blanc préparent un petit déjeuner pour Papa ours, Maman ours et Petit ours. Mais les crêpes sont trop chaudes et - pour faire passer le temps - la famille décide de faire une balade en vélo. Pendant ce temps, une jeune fille du nom de Boucle d'Or entre dans la demeure des trois ours et trouve les crêpes. De retour à la maison, les ours demandent "Qui a touché à nos crêpes ?". Petit ours trouve peu après Boucle d'Or dans son lit et une course-poursuite commence. Dans la course, Boucle d'Or saute d'une falaise ; mais tout cela n'était qu'un rêve car la jeune fille se réveille aux côtés de sa mère, du chien blanc et du chat noir... qui apportent à Boucle d'Or un plateau de crêpes !

Analyse
Alors qu'il travaillait encore à la Kansas City Slide Company, Walt suggéra l'idée qu'ils pourraient réaliser des cartoons, et ce aussi bien que des films publicitaires, et qu'ils pourraient les vendre aux théâtres du coin. Mais son patron n'était pas intéressé par cette offre. Six mois plus tard, Disney commençait la production de son premier court métrage, une adaptation moderne du conte Little Red Riding Hood, qu'il réalisa dans le garage de son frère situé à Bellefontaine Street. Pour terminer le cartoon, il fit appel à plusieurs jeunes hommes peu expérimentés et leur proposa en retour de les former dans l'animation en leur donnant des cours du soir. Largement influencé par Paul Terry et sa série Aesop's Fables, Walt repris à son compte l'idée d'adapter différents contes traditionnels en proposant un regard contemporain sur les situations et en y ajoutant plusieurs gags essentiellement visuels. La série Laugh-O-Grams était née.

La production de Little Red Riding Hood (1922) achevée en mai 1922 convaincu Walt de quitter son job à la Kansas City Slide Company et de se lancer pleinement dans la nouvelle entreprise qu'il avait créé, la Laugh-O-Gram Films Inc. Avec les quelques 15,000$ qu'il avait reçu de plusieurs investisseurs, Walt emménagea avec ses animateurs dans son nouveau studio qui occupait plusieurs pièces situées au premier étage du McConahay Building à Kansas City, 1127 East 31st Street. Peu de temps après son installation dans ses nouveaux locaux, Walt passa une annonce dans le Kansas City Star et embaucha cinq nouveaux animateurs, parmi lesquels Hugh Harman, Max Maxwell, Lorey L. Tague, Alexander Wilson Kurfiss ou encore Otto Louis Walliman. Afin de développer les activités de la nouvelle société, Disney engagea peu de temps après un directeur général des ventes, Leslie Bryan Mace, un directeur commercial, Jack Kloepper, un scénariste son vieil ami d'enfance Walter Pfeiffer, ou encore un secrétaire.

Afin de faire connaître sa société et vendre ses cartoons à de nouveaux acheteurs, Walt diffusa des annonces publicitaires dans les journaux locaux dés juin 1922. Un article paru dans le Motion Picture News du 15 juillet annonçait le lancement d'"une série de douze Laugh-o-grams", basée sur les contes de fées populaires. La date de sortie des courts métrages n'était pas encore connue et serait fixée plus tard. Avant la fin de l'été 1922, seulement trois courts métrages étaient fin prêts : Little Red Riding Hood (qui fut diffusé en salles dés le 29 juillet), The Four Musicians of Bremen et Jack and the Beanstalk, obligeant Walt à revoir ses prévisions à la baisse et à proposer seulement six Laugh-grams aux potentiels acheteurs. A la mi-août, alors que Leslie Mace se trouvait à New York à la demande de Disney afin de trouver un distributeur pour les cartoons, les animateurs du McConahay Building travaillaient sur le quatrième Rigologramme, Goldilocks and the Three Bears, qui sera achevé début octobre. Le studio se trouvait toujours dans une situation financière fragilisée, obligeant Walt à contracter des emprunts pour maintenir sa société à flots.

Alors que Leslie B. Mace se trouvait à New York, il fit la rencontre d'un homme d'affaires, John Vance Cowles, qui deviendra par la suite le trésorier de la Laugh-O-Gram Films Inc - et accessoirement un de ses mécènes. Pourtant, en septembre, plus d'un mois après son départ et après avoir démarché en vain, Mace n'était pas parvenu à trouver un distributeur pour la série. Peu avant de quitter la "grosse pomme" pour Kansas City, il parvint cependant à trouver preneur. Une société du Tennessee, le Pictorial Clubs, Inc. se montrait intéressée par les Laugh-o-grams et souhaitait diffuser les Laugh-grams dans les écoles et les églises. Pictorial Club conclut un contrat avec la société Laugh-O-Gram Films Inc de 11,100$ prévoyant la livraison de six cartoons de 6-7 minutes chacun. Une avance de 100$ fut remise mais le solde devait être payé plus de quinze mois plus tard, le 1er janvier 1924, après la livraison des six cartoons. Le contrat signé le 16 septembre avec Pictorial suscita un moment d'excitation pour le studio et redonna de l'espoir à tous les animateurs.

Hélas pour Disney, qui manquait alors cruellement de capitaux, le Pictorial Club ne pourra pas honorer le contrat signé en octobre 1922 suite à une banqueroute, ce qui aura de lourdes conséquences pour la Laugh-O-Gram Films Inc. En novembre, au moment où Ub Iwerks rejoignit le studio, Walt lançait une nouvelle série intitulée "Lafflets" dont hélas, aucun épisode de nous est parvenu. Les petits films - à peine une minute chacun - de cette nouvelle série étaient réalisés par les animateurs pour le "plaisir" et afin d'"expérimenter" de nouvelles techniques. Dans les faits, les "Lafflets" devaient aussi permettre au studio de dégager de nouvelles sources de revenus afin de sauver l'entreprise. Proposés à Universal en mars 1923, les courts métrages "Lafflets" n'intéressèrent cependant pas le distributeur. A la fin de l'année, la faillite menaçait à son tour la société de Walt et ce, malgré le succès des quatre premiers Laugh-o-grams et tous les efforts des salariés. Le studio croulait sous les dettes. En décembre, après la sortie de Cinderella, Walt ne pouvait plus payer le salaire des employés. Laugh-O-Gram Films Inc fut cependant temporairement sauvé grâce au dentiste Thomas McCrum qui passa commande pour un montant de 500$ d'un court métrage éducatif, Tommy Tucker's Tooth.

Comme pour deux autres films de la série Laugh-O-Grams, Jack the Giant Killer et Jack and the Beanstalk, la bobine originale de Goldie Locks and the Three Bears semble définitivement perdue. Le 14 octobre 2010, à la suite de recherches fructueuses, l'historien de l'animation David Gerstein annonce que des copies de ces trois films existent et ont été retrouvées, dont celle de Jack and the Beanstalk qui se trouve dans une collection privée. C'est à David Gerstein, mais aussi à Cole Johnston, que l'on doit l'heureuse découverte de Goldie Locks and the Three Bears que l'on croyait à jamais perdu et dont la bobine originale se trouvait au Museum of Modern Art. Lorsque le distributeur de films britannique Wardour Films a acquis Goldilocks and the Three Bears et Jack the Giant Killer au début du 20e siècle, il a changé les noms de ces cartoons signés de la main de Disney, sûrement pour en faciliter la distribution : Goldilocks and the Three Bears fut ainsi rebaptisé The Peroxide Kid et Jack the Giant Killer fut, quant à lui, diffusé sous le titre de The KO Kid.

Note
4/5

Détails
Date de sortie : 5 octobre 1922 (États Unis)
Noir & Blanc (muet)

Autre(s) date(s) :
1929 : ressortie sous le titre The Peroxide Kid

Réalisation :
Walt Disney

Animation :
Walt Disney
Hugh Harman
Rudolf Ising
Max Maxwell
Lorey Tague
Otto Walliman

Scénario :
Walt Pfeiffer

L'équipe
img
Hugh Harman Animateur
author image

Créateur du site, animateur des réseaux sociaux, rédacteur Articles

@twitter


Accueil item