tresorsdisney
Chargement...

The Flying Mouse (La Souris volante) (1934)

Résumé Une jeune souris, mise à l'écart par ses amis, rêve de pouvoir voler comme un oiseau... Analyse L'année 1934 est une ...


Résumé
Une jeune souris, mise à l'écart par ses amis, rêve de pouvoir voler comme un oiseau...

Analyse
L'année 1934 est une année cruciale pour les studios Disney. Walt vient en effet de lancer un projet qui a longtemps germé dans son esprit, celui de faire un long métrage d'animation. Le projet de Blanche Neige et les Sept Nains voit enfin le jour à l'été 1934. Parallèlement, les animateurs poursuivent la production des courts métrages d'animation à commencer par la très populaire série Mickey Mouse, qui est encore produite en noir et blanc, alors même que la série Silly Symphonies, elle, est passée à la couleur dés 1932 avec Flowers and Trees (Des Arbres et des Fleurs).

Cette dernière série se veut certes avant-gardiste dans l'animation mais elle s'avère bien vite une sorte de laboratoire où les artistes Disney expérimentent de nouvelles techniques d'animation comme le travail sur les ombres. Dans les années 1930, la série Silly Symphonies s'oriente progressivement vers l'adaptation des contes et légendes en dessins animés. Tout comme Mickey à ses débuts, les symphonies folâtres bénéficient d'une publicité croissante auprès du public. Les premiers produits dérivés (bandes dessinées) inspirés des contes musicaux de Disney arrivent ainsi sur le marché dés 1934.

A l'image de The Grasshopper and the Ants (La Cigale et la Fourmi) sorti quelques mois auparavant, The Flying Mouse est une Silly Symphony inspirée d'un conte de Jean de La Fontaine. En juillet 1933, Bill Cottrell est chargé d'adapter "Le Geai paré des plumes du paon", une histoire datant de 1668. En mars 1934, le scénario de The Flying Mouse (La Souris volante) est fin prêt ; l'histoire met en scène un jeune souriceau qui est ostracisé par ses semblables et qui aimerait voler libre comme l'air.

Le petit rongeur sauve une mouche qui se trouve empêtrée dans une toile d'araignée, et la mouche se transforme en une merveilleuse fée. Pour la remercier de son acte de bravoure, la fée donne des ailes à la souris qui peut enfin réaliser son rêve le plus cher. Malheureusement, quand la souris vient montrer ses ailes à ses amis, ces derniers la rejettent car ils croient que c'est une chauve-souris. Cherchant à se trouver une place parmi les chauve-souris, notre ami part à leur rencontre mais il est là aussi rejeté. Alors que le souriceau regrette d'avoir des ailes, la fée apparaît à nouveau pour les lui enlever.

Dans les adaptations de contes traditionnels d'Ésope ou de Jean de La Fontaine, la morale de l'histoire est toujours facilement identifiable. Le mot de la fin est qu'il vaut mieux être comme tout le monde, car être différent signifie être ostracisé. Mais on peut aussi voir la chose autrement : les rêves peuvent (vite) devenir des cauchemars comme l'aventure de la souris volante nous le montre. C'est Hamilton Luske qui a animé la plupart des séquences de The Flying Mouse, hormis les deux scènes de dialogues qui ont été animées par Fred Moore. C'est aussi une des toutes premières participations de Ward Kimball, entré aux studios Disney en 1934 comme inbetweener (intervalliste).

La Fée Papillon qui apparaît dans The Flying Mouse a pu servir de modèle à la fois pour la Fée Perséphone dans The Goddess of  Spring (La Déesse du printemps, 1934) et la Fée Bleue dans Pinocchio, film d'animation sorti en 1940. A cette date, les animateurs Disney cherchent à améliorer le réalisme et la personnalité des personnages. Ceci est particulièrement visible dans The Flying Mouse, à travers les scènes de dialogues. C'est la souris qui donne toute sa dimension affective à l'histoire, c'est un personnage vraiment mignon et sympathique. Son apparence très réaliste diffère complètement de la version d'une autre souris bien connue, Mickey. Cette conception de la souris chez Disney se retrouvera plus tard dans le court métrage The Country Mouse (Cousin de campagne, 1936)

La musique originale est signée Frank Churchill et Bert Lewis avec les paroles de Larry Morey. "I Would Like To Be a Bird" - la musique d'ouverture - correspond au moment où la souris rêve d'avoir des ailes tout en observant les autres oiseaux voler. C'est une musique pleine d'espoirs (et d'illusions ?) pour le jeune souriceau. Une autre musique popularisée par The Flying Mouse s'appelle "You're Nothin' But A Nothin'" (musique de Frank Churchill et paroles de Larry Morey) : lorsque la souris a le pouvoir de voler avec des ailes, elle s'aperçoit que les autres oiseaux et les souris la rejettent, parce qu'elle est différente. La souris volante est raillée par une bande de chauve-souris qui se met à entonner cette chanson. "You're Nothin' But A Nothin'" a trouvé un certain écho auprès du public lors de la sortie et a même bénéficié d'une partition musicale.

Note
4/5

Détails
Date de sortie : 14 juillet 1934 (États Unis) par United Artists
Couleur (Technicolor)

Autres dates :
28 juin 1934 : dépôt de copyright
16 août 1934 : première à Los Angeles au Loew's State
12 au 18 juillet 1934 : première à New York au Radio City Music Hall

Réalisation :
David Hand

Animation :
Marvin Woodward
Cy Young
Bob Wickersham
Bob Kuwahara
Hamilton Luske
Hardie Gramatky
Fred Moore
Nick George
Harry Bailey
George Drake
Leonard Sebring
Carlos Manriquez (décors)
Ward Kimball (inbetweener)

Scénario :
Bill Cottrell (adaptation du conte de Jean de La Fontaine)

Musique originale :
Frank Churchill
Bert Lewis
Larry Morey ?

Voix originales :
Billy Sheets (chauve-souris)
Les Three Rhythm Kings
Marion Darlington (oiseaux)
Marcellite Garner (rires des souris)

L'équipe
img
David Hand Réalisateur
img
Frank Churchill
Compositeur
img
Marcellite Garner
Voix originale
author image

Créateur du site, animateur des réseaux sociaux, rédacteur Articles

@twitter


Accueil item