Chargement...

Midnight in a Toy Shop (1930)

Résumé A la nuit tombée, une araignée trouve refuge dans un magasin de jouets... Analyse Midnight in a Toy Shop laisse place à une a...


Résumé
A la nuit tombée, une araignée trouve refuge dans un magasin de jouets...

Analyse
Midnight in a Toy Shop laisse place à une araignée qui se réfugie dans un magasin de jouets à la nuit tombée, alors qu'il neige dehors. Ce n'est pas ici l'image traditionnelle de l'araignée menaçante qu'on avait pu voir dans Hell's Bells (Les Cloches de l'Enfer, 1929). Bien au contraire, l'araignée de Midnight in a Toy Shop semble presque sympathique et se veut plus consensuelle. Dans la droite ligne de la série Silly Symphonies, créée en 1929, les objets d'ordinaires inanimés comme les horloges, les poupées et autres jouets sont humanisés et deviennent vivants. Cet univers des jouets qu'affectionnent les enfants se trouve à la fois dans Midnight in a Toy Shop (1930) et dans Broken Toys (1935). Au final, l'animation de Midnight in a Toy Shop est lisse, mais reste à ce stade très simple.

Au moment de la production en 1930, plusieurs titres sont prévus : on pense d'abord à appeler cette histoire "Christmas Toyland", "The Dancing Toys" ou encore "Fireworks" (Feux d'artifice) avant de pencher pour le titre définitif Midnight in a Toy Shop qui résume toutes les séquences du court métrage. Midnight in a Toy Shop est remarquable avant tout par l'animation réalisée par Wilfred Jackson, David Hand, Johnny Cannon, Les Clark ou encore Norm Ferguson qui est arrivé aux studios Disney en 1929. Ce dernier donne un nouveau souffle à la série Silly Symphonies, en rompant en partie avec le style d'Ub Iwerks qui a quitté les studios en janvier 1930. David Hand réalise pour sa part l'affiche de Midnight in a Toy Shop en plus de plusieurs scènes qu'il anime avec d'autres animateurs.

Après le départ d'Iwerks qui avait donné ses premiers pas à la série avec The Skeleton Dance (Danse macabre, 1929), le staff Disney continue à se réunir une fois par semaine dans le bureau de Walt, ou dans la salle de musique, afin de discuter des futurs gags. Tous y compris assistants et animateurs, apportent leur grain de sel et leurs idées à la production des cartoons. Leurs innovations sont d'ailleurs vues d'un oeil bienveillant par Disney qui les accueille favorablement, jusqu'à encourager ses propres animateurs à réaliser les changements nécessaires ! A l'image du recours croissant au pencil test dés 1930 et qui sera généralisé par la suite.

Adoptés par les animateurs, les pencil tests permettent de repérer plus facilement les erreurs qui se sont glissées. Mais en 1930, ils sont encore peu utilisés. D'une scène à l'autre, des erreurs peuvent apparaître lorsqu'un personnage change d'apparence. Dans Midnight in a Toy Shop (1930), au moment où l'araignée s'apprête à franchir le trou de serrure de la porte, elle paraît bien trop grande pour réussir cet exploit. Mais elle y parvient tout de même ! Ce petit défaut est significatif de l'animation d'alors où modifier des scènes coûtait très cher.

Dans les années 1930, Disney travaille dans les limites qui lui sont imposées par Columbia Pictures. La société qui distribue les cartoons de la série donne une avance de 7,000$ pour chaque court métrage, ce qui semble d'abord salvateur pour les finances du studio qui ont grand besoin de fonds. Mais bien vite, cette somme ne suffit plus à Disney qui cherche à agrandir ses locaux et à embaucher de nouveaux animateurs. C'est entre février et juillet 1931 que les studios sont aménagés, notamment avec une scène sonore, pour la somme impressionnante de 250,000$.
 
A l'occasion de la sortie en 2006 du DVD "More Silly Symphonies" de la collection "Walt Disney Treasures", la scène où la poupée crie "Mammy" a été restaurée et ajoutée à Midnight in a Toy Shop.

Note
3/5

Détails
Date(s) de sortie :
3 juillet 1930 (États Unis) par Columbia Pictures
16 août 1930 (États Unis)
Noir & Blanc

Autres dates :
15 août 1930 (dépôt de copyright)
8 septembre 1930 (première à Los Angeles)
24 décembre 1930 (première à New York)

Réalisation :
Wilfred Jackson

Animation :
Wilfred Jackson
David Hand
Johnny Cannon
Les Clark
Tom Palmer
Dick Lundy
Ben Sharpsteen
Jack King
Norman Ferguson
Carlos Manriquez (décors)
Emil Flohri (décors)

Musique originale :
Bert Lewis

L'équipe
img
Wilfred Jackson Réalisateur
img
David Hand Animateur
img
Les Clark Animateur
img
Dick Lundy Animateur
img
Jack King Animateur
author image

Créateur du site, animateur des réseaux sociaux, rédacteur Articles

@twitter


Accueil item