Chargement...

The China Shop (Le Magasin de Porcelaine) (1934)

Résumé Au magasin de porcelaine Ye Olde China Shop, l'heure de fermer arrive et le vieux boutiquier s'attarde encore quelques ins...


Résumé
Au magasin de porcelaine Ye Olde China Shop, l'heure de fermer arrive et le vieux boutiquier s'attarde encore quelques instants à nettoyer ses précieux objets en porcelaine. Après avoir quitté le magasin, les différents objets se mettent à danser : l'horloge à pendule ouvre la danse, suivie de la danse des singes, celle des assiettes et des verres, et un gentilhomme en porcelaine invite sa dame à danser la valse...

Analyse
Cinq ans après ses débuts en 1929, la série Silly Symphonies est relancée au début des années 1930 avec de grands succès comme Flowers and Trees (Des arbres et des fleurs), oscar du meilleur dessin animé en 1932. L'arrivée du procédé Technicolor pour les studios est une réelle innovation, si bien que Disney signe en juillet 1933 un contrat de 3 ans avec RKO-United Artist pour produire tous les futurs courts métrages Silly Symphonies avec le procédé Technicolor.

Avec l'adoption de la couleur, les coûts de productions partent à la hausse. Autre succès de l'année 1933, il s'agit bien sûr de Three Little Pigs (Les Trois Petits Cochons) qui remporte l'oscar du meilleur court métrage en 1934. C'est tout naturellement que The China Shop, sortit au début de l'année 1934, bénéficie de l'aura de la série. Les années 1930 marquent un élan pour les studios Disney alors que le travail de Walt et de son équipe est enfin reconnu dans le monde du cinéma, par ses nombreuses récompenses.

La présence de deux équipes sur The China Shop est la conséquence de plusieurs évolutions sur l'organisation du travail souhaitées par Walt Disney dés 1931. Ce dernier nomme ainsi Ben Sharpsteen et David Hand comme directeurs de groupe de travail. Disney souhaite en effet encourager les jeunes animateurs à travailler en équipe avec des animateurs qui ont déjà fait leurs preuves aux studios. Dans The China Shop, l'équipe principale compte sept animateurs, et l'équipe de Sharpsteen seulement quatre. Au final, pas moins de douze animateurs travaillent sur l'animation, sans compter Albert Hurter (layout).

Ben Sharpsteen dirige la deuxième équipe d'animateurs et cette place importante est la récompense de plusieurs années de travail comme animateur aux studios. En 1934, il est nommé en remplacement de Burt Gillett et devient directeur de plusieurs courts métrages de la série Mickey Mouse et de la série Pluto. Art Babbitt, Dick Huemer, Jack Kinney ou encore Albert Hurter font tous partie de cette génération d'animateurs entrés aux studios Disney entre 1931 et 1933.

L'histoire de The China Chop est librement inspirée du conte d'Andersen "La bergère et le ramoneur", où "une gracieuse petite bergère de porcelaine" souhaite épouser "un petit ramoneur" fait de la même porcelaine. Dans le conte d'Andersen arrive un vieillard en porcelaine qui décide de marier la bergère au "Grand-général-commandant-en chef-Jambe-de-Bouc". Chez Disney, le conte est transposé de façon magistrale par les animateurs, le décor d'un magasin de porcelaine est planté, et la musique originale de Leigh Harline fait le reste.

The China Shop rompt avec une certaine habitude de la série d'intégrer des scènes de nature dans ses films., et a lieu entièrement dans un magasin. La bonne humeur et la joie de la journée se poursuivent lorsque les objets - choppes de bière, assiettes, singes - se mettent à danser comme des humains pourraient le faire. Alors que les choppes de bière dansent sur le chant traditionnel "Ach du lieber Augustin", le couple en porcelaine danse au son de la "Valse Vienna" de Leigh Harline. C'est avec l'intervention du satyre qu'une véritable bataille épique commence dans le magasin.

La sortie de The China Shop est initialement prévue avant Noël 1933 mais, période de fêtes oblige, la sortie de The Night Before Christmas est avancée. En 1934, les studios d'animation Leon Schlesinger Productions s'inspirent de The China Shop, pour le court métrage "The Miller's Daughter" (sorti le 13 octobre 1934) dans lequel des figurines en porcelaines prennent vie. Le décor n'est plus un magasin mais un intérieur de maison, et les deux personnages principaux sont un berger et une jeune fille. Le scénario de "The Miller's Daughter" est aussi très différent de celui de The China Shop. "The Miller's Daughter" est réalisé par Fritz Freleng et fait partie de la série Merrie Melodies, concurrente des Silly Symphonies de Disney.

Note
4/5
Dans l'ensemble, The China Shop laisse une très bonne impression : une musique plaisante et agréable, une animation soignée et une intrigue basée sur une tension romantique qui donne lieu à une bataille entre le héros et le méchant. Et cerise sur le gâteau, l'histoire finit sur une touche humoristique.

Détails
Date de sortie : 13 janvier 1934 (États Unis)
Couleur (Technicolor)

Réalisation :
Wilfred Jackson

Animation :
- équipe principale :
Art Babbitt
Louie Schmitt
Leonard Sebring
Dick Lundy ?
Frenchy de Trémaudan
Dick Huemer
Archie Robin

- équipe de Ben Sharpsteen :
Cy Young
Roy Williams
Jack Kinney

Layout :
Albert Huerter

Scénario :
Bill Cottrell

Musique originale :
Leigh Harline

L'équipe
img
Wilfred Jackson Réalisateur
img
Dick Lundy Animateur
img
Leigh Harline Compositeur
author image

Créateur du site, animateur des réseaux sociaux, rédacteur Articles

@twitter


Accueil item