tresorsdisney
Chargement...

The Gallopin' Gaucho (Mickey Gaucho) (1928)

Résumé Mickey a revêtu le costume de gaucho et parcourt la pampa argentine, quand il s'arrête dans une cantina. Pat, un bandit rec...



Résumé
Mickey a revêtu le costume de gaucho et parcourt la pampa argentine, quand il s'arrête dans une cantina. Pat, un bandit recherché, charmé par les danses de la servante Donna Minnie, décide d'enlever cette dernière. Mickey se lance alors à la poursuite de Pat pour délivrer Minnie...

Analyse
The Gallopin Gaucho est le deuxième court métrage de la série Mickey Mouse à être produit, et le deuxième à être montré au public dans sa version muette, après Plane Crazy (sortie vm. 15 mai 1928). Le récit est bien structuré autour d'une intrigue de départ, entraînant de multiples scènes de péripéties avec quelques gags. De même, les décors et paysages sont de plus en plus soignés.

Pat Hibulaire affronte ici Mickey dans une nouvelle aventure pleine de rebondissements dans la pampa sud-américaine. Minnie fait une apparition centrale dans l'histoire puisque c'est suite à son enlèvement que Mickey part à son secours. Pat, qui deviendra l'ennemi juré de Mickey joue un rôle plus important dans The Gallopin' Gaucho que dans Steamboat Willie (1928). En enlevant Minnie, il montre clairement ses intentions ; Pat est l'image même de la brute et, en peu de temps, il deviendra le principal ennemi de Mickey dans la série.

On retrouve aussi de nombreux points communs avec Alice's Spanish Guitar sorti en 1926, où Pat jouait le rôle de vilain, enlevant Alice pour l'emprisonner dans son château. Dans The Cactus Kid (1930) et plus tard dans Mickey in Arabia (1932), on retrouve Pat dans ce rôle de méchant kidnappeur. Les premières évolutions stylistiques sont marquées par l'ajout de traits anthropomorphes : Mickey porte pour la première fois des chaussures, les pupilles de ses yeux sont moins grossiers.

Minnie danse pour la première fois sur ses hauts talons. Autre nouveauté, les deux souris partagent un baiser romantique à la fin du film. L'animation a elle aussi évolué dans la fluidité des mouvements des personnages. Les animateurs ont exprimé cette parfaite fluidité des corps dans la danse de tango entre Mickey et Minnie, mais aussi dans les déplacements de la monture du gaucho Mickey, ressemblant à s'y méprendre à une autruche.

Dans The Gallopin' Gaucho, Mickey joue un hors-la-loi activement recherché ; au début de l'histoire, on le voit même fumer une cigarette et boire une choppe de bière bien remplie. Cette attitude rebelle est singulière pour nous aujourd'hui. Mickey n'est pas encore le "monsieur tout le monde" à cette époque, ni le héros populaire pour des millions d'enfants à travers le monde.

Ub Iwerks s'inspire librement du film "Le Gaucho" sorti en 1927 et décide d'en faire une parodie sous forme de dessin animé. Ub y fait endosser à Mickey le rôle d'un acteur populaire à l'époque, Douglas Fairbanks. Dans une interview, Iwerks explique que Mickey joue dans The Gallopin' Gaucho, un aventurier ou un duelliste. Ce tournant dans le personnage de Mickey peut s'expliquer par la plus grande liberté qu'Ub a alors concernant le scénario de Mickey dont le personnage se doit d'être différent de son modèle, Oswald. C'est l'occasion de montrer Mickey sous un autre angle, dans le but de séduire le public et de populariser ses aventures. Ub prend parti pour un Mickey "monsieur-tout-le-monde" tandis que Walt Disney défend la conception d'un Mickey "aventurier".

Quand les gens se moquent de Mickey Mouse, c'est parce qu'il est trop humain et c'est le secret de sa popularité - Walt Disney



La musique de début, comme celle qui marque la fin du film, est "Kingdom Coming" ou "Jubilo", célèbre dans la guerre civile américaine et chantée par les soldats du nord des États Unis. "Kingdom Coming" a pour thème la fuite des esclavagistes suite à l'arrivée des troupes nordistes, ce qui fait étrangement écho à l'arrivée de Mickey dans la cantina pour délivrer Minnie. L'air interprété par Carl Stalling deviendra célèbre pour la série Mickey Mouse pendant plusieurs années.

La production de The Gallopin' Gaucho s'étend de juin à fin juillet 1928, à un rythme effréné. Après la production de Plane Crazy, parodie du vol transatlantique de Lindbergh, les animateurs mettent sur pied un autre court métrage de Mickey. Ub Iwerks en réalise la plupart des dessins, dans le plus grand secret puisque la production des derniers courts de la série "Oswald, le lapin chanceux" n'est pas encore finie (voir Plane Crazy). Une cadence qui le conduit à réaliser plus de 700 dessins par jour !

Pour un budget qui avoisine 4,249 $, The Gallopin' Gaucho est déjà plus cher que son prédécesseur Plane Crazy qui avait coûté à lui seul plus de 3,500 $ ! Le 28 août 1928, la version muette du film est projetée à Los Angeles. Walt, ses deux premiers films de Mickey en main, prend un train pour New York afin de convaincre les distributeurs. En version muette, le film peine à trouver preneur auprès des distributeurs. Mais après le succès de la sonorisation de Steamboat Willie, The Gallopin Gaucho bénéficie d'une ressortie en version sonorisée, tout comme Plane Crazy.

Le 26 octobre 1928, Stalling rejoint Disney à New York pour enregistrer la bande son de The Gallopin' Gaucho en vue de sa ressortie sonore. Le son est enfin ajouté en novembre 1928 et permet à The Gallopin' Gaucho de rencontrer enfin son public. La version sonore de The Gallopin' Gaucho peut sortir le 30 décembre 1928 dans les salles de cinéma. Cependant lors des sorties en 1928 sur les écrans, plusieurs scènes sont coupées : la première où Minnie danse le tango et une autre où Mickey est en train de fumer. Il n'empêche : Mickey a acquis une popularité bien ancrée auprès du public à la fin de l'année 1928...

Note
4.5/5

Détails
Date de sortie :
28 août 1928 (version muette) (États Unis) : première à Los Angeles
30 décembre 1928 (version sonore) (États Unis) : première au Mark Strand Theater de New York
Noir & Blanc

Autre(s) date(s) :
9 août 1930 : dépôt de copyright

Réalisation :
Ub Iwerks

Animation :
Ub Iwerks
Les Clark ?
Johnny Cannon
Wilfred Jackson

Scénario :
Ub Iwerks

Musique originale :
Carl W. Stalling

L'équipe
img
Les Clark Animateur
img
Wilfred Jackson Animateur
author image

Créateur du site, animateur des réseaux sociaux, rédacteur Articles

@twitter


Accueil item