Chargement...

Der Fuehrer's Face (1943)

Résumé Donald se retrouve en Allemagne nazie et doit travailler jusqu'à en devenir fou pour servir Hitler. Au son d'une marche...



Résumé
Donald se retrouve en Allemagne nazie et doit travailler jusqu'à en devenir fou pour servir Hitler. Au son d'une marche militaire nazie, Donald commence une dure journée à "Nutziland" : déjeuner au pain sec, quelques graines de café et de l’arôme de bacon et d’œufs, gardés à l'écart. Mais un groupe de soldats le conduit dans une usine d'armement où Donald doit subir le travail à la chaine et fabriquer toujours plus de munitions...

Analyse
Der Fuehrer's Face fait partie de ces nombreux dessins animés récompensés par l'oscar du meilleur court-métrage d'animation. On y retrouve les caractéristiques d'un état totalitaire, l'Allemagne nazie, dans lequel le citoyen lambda (qui est ici Donald) devient fou : aucune liberté de penser, de mouvement et obligation de servir jusqu'à la mort le régime.

Donald Duck est le seul personnage familier qui y apparaît, les autres étant des personnages caricaturés, empruntés à la réalité : Mussolini pour l'Italie, Hirohito pour le Japon et Hitler et Goering pour l'Allemagne. Le réalisateur, Jack Kinney, a réussi ce tour de force de peindre la société nazie le plus brièvement possible, quitte à user de caricature : les Allemands sont soit obèses et petits, soit maigres mais immenses physiquement, en tous les cas, disproportionnés.

Dans le dessin animé, les militaires défilent de façon grotesque au pas de l'oie et au son fracassant du tambour. Donald est conduit par les armes jusqu'à son lieu de travail où il doit obéir au doigt et à l'oeil, encadré par des soldats qui lui hurlent des ordres. Le seul réconfort qui se présente à lui est d'admirer un décor des Alpes un bref instant. A la fin de ces péripéties, Donald se réveille en plein sursaut et découvre qu'il se trouve heureusement aux États Unis, pays de la liberté.

La musique originale, composée par Oliver Wallace tout spécialement pour le dessin animé est en fait une parodie de l'hymne nazi Horst Wessel Lied. C'est d'ailleurs cette musique qui donne toute l'ampleur à ce court métrage de propagande. Der Fuehrer's Face est sans doute le court métrage de guerre le plus connu des fans - avec The New Spirit - il remporte d'ailleurs un Academy Award pour le meilleur court métrage en 1942-1943. C'est aussi la musique qui a contribué à la popularité de cette parodie bruyante, qui figure parmi les "banned cartoons", c'est-à-dire des courts métrages censurés.

La chanson "We heil, we heil, right in the Fuehrer’s Face" connaîtra un succès tel qu'elle sera même entonnée par des soldats sur le front. Néanmoins, ce court métrage reste éminemment un objet de propagande à l'heure où il est réalisé pour l'armée américaine et en ce sens, on peut peut-être rejoindre l'analyse qu'en donne Steven Watts dans son livre The Magic Kingdom selon laquelle Donald est présenté comme la "figure de la libération".

Note
4.5/5

Détails
Date de sortie : 1 janvier 1943 (États Unis) par RKO Radio Pictures
Couleur (Technicolor)
Autre titre : Donald Duck in Nutziland

Réalisation :
Jack Kinney

Animation :
Bob Carlson
Les Clark
Andy Engman
Bill Justice
Milt Neil
Charles A. Nichols
John Sibley
Don DaGradi (layout)

Scénario :
Joe Grant
Dick Huemer

Musique originale :
Oliver Wallace
"Der Fuehrer's Face"

Voix originales :
Clarence Nash (Donald Duck)

L'équipe
img
Les Clark Animateur
img
Oliver Wallace
Compositeur
img
Clarence Nash
Voix originale
author image

Créateur du site, animateur des réseaux sociaux, rédacteur Articles

@twitter


Accueil item