Mickey Mouse

Silly Symphonies

Donald Duck

Derniers posts

Résumé
Julius part chasser un lapin rusé dans la forêt mais la tâche s'annonce plus que compliquée. Après avoir été rejoint par Alice pour essayer de faire sortir le lapin de son terrier, les deux amis finissent par renoncer et partent sur les traces d'un ours, aidés par le fusil de chasse de la fillette...

Analyse
Alice Gets Stung est le tout dernier Alice comedies dans lequel apparaît Virginia Davis, l'actrice qui tenait le rôle titre depuis 1923. En décembre 1924, Charles Mintz et Walt Disney signent un nouveau contrat prévoyant la production de 18 nouveaux Alice comedies : une seconde saison qui s'annonce plus féconde que la première, comprenant seulement 12 épisodes.

En échange de ce contrat, Mintz exige cependant une nette réduction des coûts de production, amenant ainsi Walt à réduire ses dépenses sur les scènes live. Dans cette perspective, le Maître - qui se refuse alors à couper dans les scènes d'animation - propose aux parents de l'actrice principale, Virginia Davis, de ne pas augmenter son salaire ; la proposition est simple : Disney leur paieraient seulement les jours de tournages, soit 18 en tout. Ces derniers refusent catégoriquement. Walt Disney n'a alors d'autre choix que d'envisager d'engager une autre actrice.


Alice Gets Stung, bien qu'il constitue leur dernier cartoon de Virginia Davis en Alice, est bel et bien le premier court métrage de la saison 2 des Alice comedies. Si cette dernière fait ses adieux à la série, son fidèle compagnon Julius le chat semble prendre davantage de place dans cette nouvelle saison, au point de ravir le rôle titre dans plusieurs Comedies. Julius apparaît également plus gentil et touchant qu'auparavant, laissant en vie une famille de petits lapins et épargnant leurs vies après s'être aperçu de la cruauté que représenterait son geste en écoutant l'histoire de la maman.

Au cours de cette dernière performance de Virginia Davis dans le rôle d'Alice, la fillette et son ami Julius apprennent à leurs dépens que chasser un animal ne s'avère pas aussi simple qu'ils l’espéraient. La véritable vedette de la deuxième partie du film s'avère ainsi être un groupe d'ours faisant une grande fête avec leurs instruments de musique, et ce en pleine forêt !


Une copie de la bobine originale est actuellement conservée dans les locaux de Lobster Films.

Note
4.5/5
Bien que charmant, Alice Gets Stung peine à se hisser au niveau de qualité standard des Alice comedies précédents, faisant trop souvent preuve de lenteur ici et là en raison de son rythme entrecoupé, en partie du à un format en deux histoires décousues. Pour autant, les gags ingénieux ainsi que la qualité de l'animation d'Alice Gets Stung constituent sûrement quelques-uns des points forts du cartoon.

Détails
Date de sortie : 1 février 1925 (États Unis)
Distribué par : M. J. Winkler Productions, Universal Studios, Raytone Pictures
Noir & Blanc (muet)

Autres dates :
janvier 1925 : production
15 octobre 1929 : ressortie en version sonorisée

Réalisation :
Walt Disney

Animation :
Ub Iwerks
Rollin Hamilton
Thurston Harper

Encre et peinture :
Lillian Bounds
Kathleen Dollard

Image :
Mike Marcus (animation)
Phil Tanmura (scènes live)

Acteurs "Live" :
Virginia Davis (Alice)
L'équipe
img
Virginia Davis
Acteur live


Résumé
Pluto joue à la balle sur une plage et fait par hasard la rencontre d'un bébé phoque prénommé Salty, très amusé de pouvoir jouer avec un camarade...

Analyse
à venir...

Détails
Date de sortie : 24 janvier 1941 (États Unis) par RKO Radio Pictures
Couleur (Technicolor)

Réalisation :
Norman Ferguson
Larry Lansburgh (assistant réalisateur)

Animation :
Dick Brown
Basil Davidovich
George De Beeson
Ed Dunn
Norman Ferguson
Jerry Hathcock
Van Kaufman
John Lounsbery
Don Patterson
Morey Reden
Don Schloat
Grant Simmons
Sandy Strother
Don Tobin
Bard Wiggenhorn
Jim Will
Vernon G. Witt
Cornett Wood
Ernie Nordli (layout)

Effets visuels :
Edwin Aardal
Jack Boyd
Andy Engman
Art Fitzpatrick
Jack Huber
Paul B. Kossoff
Frank Onaitis
Ed Parks
George Rowley

Scénario :
Earl Hurd

Musique originale :
Paul J. Smith

Voix originales :
Lee Millar (Pluto)


Résumé
Le remake en couleur du court métrage Mickey's Man Friday...

Analyse
Le projet de remake de Mickey's Man Friday (1935) remonte aux années 1939-1941. En effet, dans le sillage du remake en couleur d'Orphan's Benefit (1934) de 1941, les studios Disney avaient planifié d'adapter pour le Technicolor plusieurs cartoons noir & blanc de la souris. Celui de Mickey's Man Friday (1935) (et également quelques Silly Symphonies noir & blanc par la suite) figurait, entre autres, parmi le suivant dans la liste.

Mais après le lancement du projet de court métrage, vraisemblablement en 1939, et alors même que la pré-production semblait bien avancée, le remake fut abandonné en 1941 pour des raisons restées inconnues. Parallèlement, la stratégie des remakes de cartoon en noir & blanc vers la couleur fut mise au placard, probablement en lien avec la grève de 1941 aux studios Disney ou encore le début de la seconde guerre mondiale.

A ce jour, seuls ont survécu quelques rares crayonnés, concept-arts et backgrounds de cette production inachevée des studios Disney. D'après les documents originaux de Mickey's Man Friday, Mickey portait un maillot de marin dans la première moitié du cartoon, et un costume de Robinson Crusoe dans la seconde moitié, ayant délaissé de fait son célèbre short rouge. Plusieurs croquis du remake Mickey's Man Friday (1941) semblent enfin très proches de la version en noir et blanc ; en témoignent les palmiers retravaillés et améliorés par rapport aux séquences du cartoon noir & blanc.






Détails
Pays : États Unis
Walt Disney Studios
Série : Mickey Mouse
Date du projet : 1939-1941

Animation :
Joe Grant ?
Lee Hooper ?



Comme tout droit sortis d'un conte de fées ! C'est en tout cas le moins qu'on puisse dire à propos des personnages de Old King Cole. Avec une musique originale savamment mise sur pied par Frank Churchill et Bert Lewis, des maîtres musicaux de la série Silly Symphonies, entre autres, Disney signe ici un chef d'oeuvre intemporel, à la bande-son littéralement éblouissante.

Peut-être davantage que n'importe quelle autre Silly Symphony qui le précède, Old King Cole (1933) laisse une place de maître à la musique, cette dernière étant déroulée au travers des chansons des personnages à la manière d'une opérette.

Parmi les pistes inoubliables de cette symphonie folâtre, on notera King Cole's Ball (Churchill-Lewis), la musique du bal, et The Welcome Song, le titre d'ouverture composé par Bert Lewis. En plus de ces morceaux inédits se trouvent également des arrangements originaux de contes populaires bien connus (Three Blinds Mice et Ten Little Indians).

On vous laisse découvrir (et savourer) sans plus attendre cette sublime bande-son !

Détails
Musique :
Frank Churchill
Bert Lewis

Chansons originales :
King Cole's Ball (Churchill-Lewis)
The Welcome Song (Lewis)

Titres additionnels :
Three Blinds Mice
Ten Little Indians

Supports
  • WALT DISNEY’S SILLY SYMPHONY COLLECTION Complete Original Soundtrack Recordings Walt Disney Records
  • VOIGT Publications


Résumé
Deux équipes universitaires, constituées de sosies de Dingo, disputent un match de basketball...

Analyse
à venir...

Note
4/5

Détails
Date de sortie : 20 décembre 1946 (États Unis) par RKO Radio Pictures
Couleur (Technicolor)

Réalisation :
Jack Hannah

Animation :
Hugh Fraser
Bill Justice
Andy Engman
John Sibley
Yale Gracey (layout)
Maurice Greenberg (background)

Scénario :
Bill Berg
Milt Banta

Musique originale :
Oliver Wallace

Voix originales :
Pinto Colvig (Dingo)