TRÉSORS DISNEY

Tous les courts métrages, créateurs et raretés des studios Disney : secrets de productions, projets avortés de courts métrages, documents originaux...





The Fox Hunt (La Chasse au Renard) (1938)

Résumé
Donald et Dingo se livrent à leur sport favori, la chasse au renard, accompagnés par des limiers...

Analyse
Le succès de Donald aidant, les studios Disney mirent au point à la fin des années 1930 une série de courts métrages thématiques mettant en scène des personnages ayant déjà une grande notoriété à l'instar de Dingo et Donald, mais aussi de Mickey ; les trois personnages avaient certes eu leur heure de gloire indépendamment dans leur série respective, mais ils étaient rarement rassemblés dans une seule histoire. Donald avait bien vite été associé à Mickey dans plusieurs courts métrages, à commencer par Orphan's Benefit (1934), forçant à le reconnaître comme un second rôle quasi inévitable. Mais pourquoi s'arrêter en si bon chemin ? En 1935 sort The Band Concert, le premier Mickey réalisé entièrement en couleur à l'époque ;  ce petit film marque, qui plus est, la présence d'un trio de choc Mickey-Dingo-Donald destiné à être pérennisé dans le court métrage suivant, Mickey's Service Station. La petite équipe se prêtera ainsi au jeu des sapeurs pompiers dans Mickey's Fire Brigade, nettoyeurs d'horloge dans le non moins célèbre Clock Cleaners ou encore constructeurs de bateau dans Boat Builders. Cependant, les histoires étaient toutes centrées sur le même principe, la multiplication des gags ; avec en prime des personnages toujours cantonnés aux mêmes rôles, jouant dans des registres comiques différents, scène après scène : Donald celui d'agitateur, Dingo en simplet et Mickey en personnage plein d'entrain.

Dés 1938, il devenait plus difficile de réunir le trio Mickey-Dingo-Donald dans des histoires toujours plus drôles et, dans une certaine mesure, moins originales ; ce pourquoi les personnages jouèrent de moins en moins ensemble, le tempérament atypique de Donald et Dingo se prêtant moins à celui plus mesuré de Mickey. Les studios décidèrent alors de lancer une série mettant en scène le duo Donald & Dingo, avec la sortie de Polar Trappers en juin 1938, suivie de près par The Fox Chase. L'idée de ce dernier, et de plusieurs gags du film, attribués à Walt Disney, remonte en effet au mois d'août 1937 ; lors d'une réunion aux studios, Walt aurait ainsi suggéré l'idée des chiens de chasse plongeant dans l'eau et reniflant sous l'eau avec, pour seule vue pour les spectateurs, leurs queues dépassant de l'eau. "Le plus drôle serait que les queues convergent dans un seul endroit, près de l'arbre, avant de se diriger vers les canards qui les appellent." A propos de ce gag, Disney écrira en 1937 : "Dans l'esprit de ceux qui réalisent nos films, il n'y a jamais eu aucune pensée vulgaire - tout du moins des situations humoristiques exagérées de la vie - et selon moi, des chiens reniflant des arbres est une situation très humoristique.

La chasse au renard, thème maintes fois épuisé dans l'oeuvre de Disney, fait ici à nouveau l'objet d'un court métrage, reprenant plusieurs éléments de la Silly Symphony The Fox Hunt (1931) mais aussi du cartoon d'Oswald le lapin chanceux The Fox Chase ; cependant, dans la version "rénovée" de 1938, Donald saute immédiatement dans le vif du sujet en partant à la chasse précédé par ses limiers, là où The Fox Hunt de 1931 installait lentement tant le décor que les préparatifs de la chasse. The Fox Hunt (1938) montre aussi à quel point Donald était le fer de lance de l'essentiel de l'action et des gags dans la plupart de ses films. Tout ce qu'il entreprend est, hélas, voué à l'échec et finit par se retourner contre lui, toujours de façon amusante. Voulant retenir les chiens, il parvient ainsi à s'emprisonner avec les laisses et termine sa course en se cognant contre une barrière ! Dingo ne joue quant à lui qu'un rôle très secondaire comparé à Donald, essayant la plupart du temps d'apprivoiser son canasson sans plus de succès ; sa prestation en cavalier anglais chic, affublé d'un monocle, est d'ailleurs une lointaine allusion à la sous-série How to..., dans laquelle il excelle dans l'art de montrer tout ce qu'il (ne) faut (justement pas) faire dans différents domaines comme dans How to Ride a Horse où il apprend à monter à cheval.

Références
BARRIER (Michael), The Animated Man : A Life of Walt Disney
LENBURG (Jeff), The Encyclopedia of Animated Cartoon

Vidéos
The Fox Hunt (1938) sur Youtube

Détails
Date de sortie : 29 juillet 1938 (États Unis) par RKO Radio Pictures
Couleur (Technicolor)

Autre(s) date(s) :
août 1937 : début du projet ?

Autre titre : "Master of the Ounds" ?

Réalisation :
Ben Sharpsteen

Animation :
Gerry "Clyde" Geronimi

Voix originales :
Pinto Colvig (Dingo)
Florence Gill (Clara Cluck)
Clarence Nash (Donald)
Walt Disney (Mickey)

The Jazz Fool (Le Fou de jazz) (1929)

Résumé
Mickey et son cheval Horace mettent sur pied un spectacle musical aux accents jazzy...

Analyse
1929 est incontestablement l'année qui consacre Mickey : en effet, pas moins de douze courts métrages de la série Mickey Mouse sont réalisés cette année-là, un rythme de production record pour l'époque ! Parmi les petits films qui ont contribué à façonner la popularité de Mickey figurent Mickey's Follies, Mickey's Choo Choo, The Jazz Fool ou encore The Plow Boy, qui marque la première apparition officielle d'Horace à l'écran ; tous ces films ont eu un succès unanime à travers les États Unis et Mickey Mouse est devenu à la mode d'ici la fin de l'année 1929. Mieux, la souris est devenue un produit d'exportation à l'étranger, à la carrière prometteuse : à l'instar de la France où la société Pathé, avec l'accord de Columbia Pictures, diffuse les tous premiers Mickey (The Opry House, When the Cat's Away, The Barnyard Battle...) dés l'été 1929, ou encore de l'Allemagne qui, certes plus réticente, diffuse ses premiers Micky Maus dés 1930 à travers la société de distribution allemande Südfilm AG.

Mickey se retrouve une fois de plus à la campagne mais cette fois-ci, pour jouer un numéro musical itinérant, "Mickey's Big Road Show" ; à la lecture de ce résumé, on pourrait facilement rapprocher l'histoire de The Jazz Fool à celle de Mickey's Follies (1929). Et on aurait raison. L'essentiel des ingrédients de ce dernier court métrage s'y retrouve en effet : un spectacle de vaudeville, l'omniprésence de la musique comme ligne directrice et un public animalier champêtre. En revanche, là où Mickey seul assumait le rôle dans Mickey's Follies, il joue cette fois-ci aux côtés du cheval Horace plusieurs numéros ; commençant d'abord par jouer de la musique populaire, il se lance bien vite dans le jazz, répertoire ô combien plus aléatoire, aidé dans sa tâche par un piano survolté qui devient rapidement incontrôlable. On pourrait encore faire le rapprochement avec des scènes de The Opry House. Et on aurait raison une fois de plus. L’interaction de Mickey avec un piano anthropomorphe n'est, en effet, pas une idée nouvelle dans la série.

Reste la performance d'un Mickey, qui a su se montrer très expressif, révélant sa colère, sa frustration ou encore sa joie à différents moments du court métrage. Mickey est cependant un personnage avec un fort potentiel pour les aventures et il n'a, hélas, pas l'occasion de faire preuve de cette qualité dans The Jazz Fool. Exit aussi les dialogues, qui avaient marqué une réelle avancée pour le personnage dans les films précédents ; Mickey ne prononce ici pas un seul mot, mis à part les syllabes incompréhensibles qu'il chante, et se voue corps et âme à la musique. Le jazz, mais aussi le ragtime, constituent pour lui une véritable renaissance vis à vis de son public. Le titre choisi pour The Jazz Fool s'inspire de deux films à succès de l'époque, avec Al Johnson dans le rôle de l'acteur principal : The Jazz Singer (1927) et The Singing Fool (1928). Combinés ensemble, les titres de ces films donnent en effet... The Jazz... Fool. Cependant, aucune référence explicite ou implicite de ces films n'est mentionnée dans le court métrage de Mickey.

Références
BARRIER (Michael), The Animated Man : A Life of Walt Disney
HOLLISS (Richard), SIBLEY (Brian), Walt Disney's Mickey Mouse : His Life and Times
LAQUA (Carsten), Wie Micky unter die Nazis fiel : Walt Disney und Deutschland
SMITH (Dave), Disney A to Z : The Updated Official Encyclopedia
WATTS (Steven), The Magic Kingdom : Walt Disney and the American Way of Life

Vidéos
The Jazz Fool (1929) sur Youtube

Détails
Date de sortie : 5 juillet 1929 (États Unis) par Celebrity Productions
Noir & Blanc

Autre(s) date(s) :
15 octobre 1929 ?
29 octobre 1930 : sortie en Allemagne sous le titre Micky Als Jazzkönig (Südfilm AG, Berlin)

Réalisation :
Walt Disney

Animation :
Ub Iwerks

Musique originale :
Carl W. Stalling

Voix originales :
Walt Disney (Mickey)
Marcellite Garner (Minnie)


 
blogger