TRÉSORS DISNEY

Tous les courts métrages, créateurs et raretés des studios Disney : secrets de productions, projets avortés de courts métrages, documents originaux...





The Army Mascot (La Mascotte de l'Armée) (1942)

Résumé
Pluto décide de prendre la place de la mascotte de l'armée...

Analyse
Avec l'entrée en guerre des États Unis en décembre 1941, le gouvernement américain décida de s'installer aux studios Disney. L'arrivée de l'armée permit de sortir provisoirement d'une situation financière très difficile, fragilisée par la fermeture du marché européen entres autres. La production de nombreux courts métrages de guerre, dont quelques-uns à destination du grand public, visa ainsi à encourager les populations civiles à payer leurs impôts (The New Spirit), à souscrire aux bons de guerre ou encore à s'engager dans l'armée à l'image de Donald dans Donald Gets Drafted (1942). D'autres personnages sont aussi appelés à participer à leur façon à l'effort de guerre, à l'image de Minnie, rappelant avec Pluto dans Out of the Frying Pan Into the Firing Line (1942) l'importance de récupérer les huiles usagées...

Etre la mascotte de l'armée comporte, de toute évidence, un sérieux avantage : se voir servir par les soldats, tout au long de la journée, de copieux repas... Lorsque Pluto passe non loin d'une base militaire, il fera tout pour remplacer la mascotte occupant le titre et se voir ainsi servir à manger, quitte à user de différents stratagèmes, comme celui consistant à se déguiser en bouc. Mais une fois dans le rôle de mascotte, le chien s'aperçoit bien vite qu'au lieu de steak énorme que les militaires lui lancent, c'est en fait des boîtes de conserve qu'il reçoit ! Pluto sera peu après reconnu, ce qui ne manquera pas d'agacer le bouc Gunther, bien décidée à défendre son titre de mascotte et à lui rendre la pareille, dans un conflit ouvert avec le chien. Pluto parviendra t-il à "se poser" dans la base militaire et à rafler le titre ?


Sorti en mai 1942, The Army Mascot incarne le court métrage de guerre par excellence, dans lequel Pluto s'engage dans l'armée américaine, d'une façon amusante et, à vrai dire, assez éloignée des combats sur le front, pour une raison simple : il veut remplir son estomac ! Au début du conflit, Donald, par son caractère combatif et énergique, était naturellement pressenti pour prendre part directement à l'effort de guerre sur le front en tant que soldat de l'armée. A contrario, la question se posa différemment pour Pluto : comment faire de ce chien, d'un naturel calme et insouciant, un personnage capable de porter un message dans un court métrage de guerre ?

Le chien ne pouvant à l'évidence pas participer d'une quelconque manière à des opérations militaires aux côtés d'autres soldats, comme c'était le cas pour Donald, les animateurs imaginèrent un subterfuge ; Pluto pouvait prendre part de façon éloignée au conflit, dans des histoires plus amusantes que les courts métrages de guerre "classiques".  The Mascot Army remplit largement ce rôle et répond aux inquiétudes planant sur la place du chien en temps de guerre, le petit film parvenant à la fois à délivrer un message subtil, mais non moralisateur, et à rendre Pluto sympathique mais déterminé dans sa quête du titre de mascotte.

Comme auparavant en temps de paix face à Butch le boulegogue, Pluto se retrouve ainsi confronté à un autre personnage, un bouc portant le nom de Gunther, bien décidée à riposter face au chien. L'enjeu du conflit entre les deux est ainsi de savoir qui remportera le titre de mascotte. Ces nombreuses scènes de conflits, quoique très attendues, renforçaient l'idée d'un Pluto soldat, prêt à se battre et à ne "rien lâcher" face à l'ennemi. Pluto, même en temps de guerre, se bat toujours pour remplir son estomac insatiable, une habitude gloutonne qu'il avait attrapé plusieurs années auparavant...

A la fois court métrage de guerre et de divertissement, The Army Mascot remplit sa mission de A à Z, montrant un Pluto très impliqué dans le conflit et délivrant au passage de nombreux gags mémorables. Une gageure pour un petit film où la vedette se trouve une place face à un Donald patriote et combatif dans Donald Gets Drafted (1942), un court métrage où le canard avait rejoint le conflit pour servir son pays de façon moins intéressée...

Références
ANDRAE (Tom), Carl Barks And the Disney Comic Book : Unmasking the Myth of Modernity
BOWDOIN VAN RIPER (A), Learning from Mickey, Donald and Walt: Essays on Disney's Edutainment Films
GRANT (John), Encyclopedia of Walt Disney's Animated Characters
HISCHAK (Thomas S.), Disney Voice Actors : A Biographical Dictionary
LENBURG (Jeff), The Encyclopedia of Animated Cartoons
MALTIN (Leonard), Of Mice and Magic : A History of American Animated Cartoons
ROBB (Brian J.), A Brief History of Walt Disney
SHULL (Michael S), WILT (David E), Doing Their Bit: Wartime American Animated Short Films, 1939-1945
SMITH (Dave), Disney A to Z : The Updated Official Encyclopedia

Vidéos
La Mascotte de l'armée (1942) sur Youtube

Détails
Date de sortie : 22 mai 1942 (États Unis) par RKO Radio Pictures
Couleur (Technicolor)

Réalisation :
Clyde Geronimi
Don A. Duckwall (assistant réalisateur)

Animation :
George Nicholas
Claude Smith
Nick Nichols
Norman Tate
Bruce Bushman (layout)

Scénario :
Carl Barks
Jack Hannah

Musique originale :
Frank Churchill

Voix originales :
Pinto Colvig (Pluto)

Bone Bandit (1948)

Résumé
Pluto, à la recherche d'un os enterré dans le jardin, doit faire face à une taupe espiègle...

Analyse
A la fin des années 1940, la série Pluto se veut, avec celle de Donald, l'une des seules séries animées réalisée par Disney à résister aux productions des autres studios d'Hollywood tels que la Warner Bros. Pour faire face à ces concurrents, Disney prit les devants en nommant dés 1940 Norman Ferguson et Charles A. Nichols à la réalisation des courts métrages de Pluto, pariant sur un renouveau profond de la série et sur l'arrivée de nouveaux personnages.

Tic et Tac (Private Pluto, 1943) ou le coyote Bent-Tail (The Legend of Coyote Rock, 1945) feront ainsi leurs premiers pas dans la série, venant s'ajouter à des personnages apparus quelques années plus tôt (Butch le bouledogue, Fifi, Dinah...). Par ailleurs, Pluto sera de moins en moins présent aux côtés de maître, et ce, en raison du recul de la série Mickey. Pluto en profitera ainsi pour s'émanciper de l'image qu'il avait autrefois, devenant un chien indépendant de son maître.

Dans Bone Bandit, Pluto se trouve confronté à une taupe qui utilise les os enterrés dans le jardin pour soutenir ses galeries creusées sous terre. Mais le chien, au moment de déterrer ses os, s'aperçoit qu'ils ont disparus. S'en suit alors une bataille monumentale entre Pluto, décidé à récupérer les os par tous les moyens, et un petit animal combatif, ne cédant aucun pousse de terrain à son adversaire. Fort heureusement pour Pluto, ce dernier finira par avoir le fin mot de l'histoire.

Les animateurs devaient toujours faire preuve d'imagination pour leurs histoires, et créer des scènes drôles avec Pluto était un vrai défi à relever. Dans un gag au début du film, Pluto, en plein rêve, imagine une carte au trésor où sont enterrés ses nombreux os dans le jardin. Ce subterfuge imaginé par les animateurs dans des courts métrages comme Pluto's Dream House (1940), où le chien rêve d'une niche parfaite, permit de palier à l'un des principaux défauts de Pluto - son impossibilité de parler.

Malgré une certaine routine qui semblait s'être installée au fil des années dans la série, Bone Bandit est l'exception qui confirme la règle. Avec des personnages débordant toujours d'énergie, il se veut court métrage divertissant du début à la fin, toujours plaisant à voir et à revoir.

Références
GRANT (John), Encyclopedia of Walt Disney's Animated Characters
HISCHAK (Thomas S.), Disney Voice Actors : A Biographical Dictionary
HOLLISS (Richard), SIBLEY (Brian), The Disney Studio Story
MALTIN (Leonard), Of Mice and Magic : A History of American Animated Cartoons
MALTIN (Leonard), The Disney Films
SMITH (Dave), Disney A to Z : The Updated Official Encyclopedia

Vidéos
Bone Bandit (1948) sur Youtube (VO)

Détails
Date de sortie : 30 avril 1948 (États Unis) par RKO Radio Pictures
Couleur (Technicolor)

Réalisation :
Charles A. Nichols

Animation :
George Nicholas
Jerry Hathcock
George Kreisl
Sandy Strother
Art Landy (backgrounds)
Karl Karpé (layout)

Scénario :
Art Scott
Sterling Sturdevant

Musique originale :
Oliver Wallace

Voix originales :
Pinto Colvig (Pluto)



 
blogger